Examen initial du gibier chassé

L'arrêté ministériel du 18 décembre 2009 (JORF du 29/12/2009) rend obligatoire la réalisation de l'examen initial, du gibier sauvage tué en action de chasse, lorsque que la venaison est destinée à la commercialisation, au repas de chasse ou associatif.

Dans le cas où le gibier est cédé directement à des particuliers ou partagé de manière conviviale, l'examen initial n'est pas obligatoire mais reste conseillé.

Synthèse des exigences règlementaires en fonction de la destination du gibier

(1) Cas d'une vente ou d'un don à un particulier « anonyme » qui ne fait pas partie des proches des chasseurs (comme la cession à des consommateurs « anonymes » qui se présentent en fin de journée de chasse), pour leur propre consommation.

Partage convivial de la venaisonCession à des particuliers (1)Repas de chasse
Repas associatifs
Vente directe sur le marché local
(rayon de 80 km)
Vente aux ateliers de traitement et négociants de gibier
Hors champs d'application de l'arrêté. Mais la responsabilité civile du chasseur reste entière !
Les bonnes pratiques d'hygiène et l'examen initial sont recommandées.
Dépeçage, plumaison, découpe possiblesL'arrêté ne dit rienDépeçage, plumaison, découpe interditsDépeçage, plumaison, découpe interdits
Pas d'obligation de traçabilitéTraçabilité obligatoireTraçabilité obligatoireTraçabilité obligatoire
Pas d'obligation d'examen initialExamen initial obligatoireExamen initial obligatoireExamen initial obligatoire
Information Trichine obligatoireContrôle Trichine obligatoire sous la responsabilité des chasseursContrôle Trichine obligatoire sous la responsabilité des chasseursContrôle Trichine obligatoire effectué en atelier de traitement
Bonnes pratiques d'hygiène recommandéesBonnes pratiques d'hygiène recommandéesBonnes pratiques d'hygiène obligatoiresBonnes pratiques d'hygiène obligatoires

En quoi consiste cet examen initial, qui peut le réaliser ?

Examiner les abats blancs (essentiellement tube digestif) et les abats rouges (essentiellement cœur, foie, poumon) dans l'objectif de repérer d'éventuelles apparences anormales.

Pouvoir distinguer le normal de ce qui ne l'est pas et de connaitre la conduite à tenir en cas de doute et d'anomalie.
Il est réalisé par un « chasseur formé ».

Comment devenir « chasseur formé »?

Inscrivez-vous auprès de la FDC19 (ou rubrique formation), il suffit d'une seule personne formée par équipe.

Le contrôle trichine, comment faire analyser un prélèvement en Corrèze ?

1
Prélever la langue entière sur le sanglier.
2
Placer la langue dans un sac type congélation.
3
Mettre la carcasse ou parties de carcasse du sanglier en attente en chambre froide ou au congélateur.
4
Identifier chaque carcasse (ou partie de carcasse) et la langue correspondante à l'aide du jeu d'étiquettes qui vous a été fourni par la FDC19.
5
Apporter la langue, dans la journée du lundi, à la Fédération des chasseurs, dans un emballage isotherme (type glacière).
La Fédération se charge de la collecte des langues et de leur acheminement au laboratoire vétérinaire départemental.
6
joindre avec la langue, l'exemplaire de la fiche « d'examen initial » destiné au laboratoire d'analyse. Ne pas oublier de compléter le n° figurant sur les étiquettes.
Les résultats seront transmis au responsable en fin de semaine.
Frais d'analyse : 7,40 € H.T. / sanglier (si regroupement à la fédération).

Les « bonnes pratiques d'hygiène » ?

On appelle bonnes pratiques d'hygiène, des règles de propreté et de bon sens à respecter juste après la chasse et ce, jusqu'à la prise en charge par le maillon suivant de la chaine.

Il faut attendre le résultat d'analyse pour consommer la viande.

S'il s'agit d'une analyse volontaire hors cadre de « l'examen initial » la procédure est identique, vous devez simplement compléter la fiche de renseignements fournis par la FDC19 et la joindre à la langue.

POUR EN SAVOIR PLUS

Pour en savoir plus sur la trichine, téléchargez notre plaquette d'information.